Jeux Vidéos Philo101 3

Philo101 : La saga Uncharted : 2. Les compétences au service d’un rêve

Tips of the day : Pour ne rater aucun article, n’oubliez pas d’aimer la page facebook et de suivre le twitter. 😉

Temps de lecture estimé : 3 minutes

Dans l’épisode précédent, nous avons vu l’évolution de Nathan Drake aux moments clés de son évolution et nous avons constaté que très tôt il nourrit un rêve d’aventure et de découverte en marchant sur les pas de son mentor Sir Francis Drake. Mais pour arriver aux exploits dont il est capable, il doit y avoir une préparation et un développement de compétences utiles à la concrétisation de son rêve. C’est ici que le level et le game design rentrent en jeu et vont nous permettre d’approfondir notre réflexion sur la série et sur nous-mêmes.

Introduction en douceur

L’intro d’Uncharted 3 Drake’s Illusion utilise cette ficelle sur exploitée dans le jeu vidéo en nous laissant prendre le héros en main dans un environnement dont les possibilités sont restreintes dans un premier temps, avant de s’élargir. Une phase classique dans le monde vidéoludique où le joueur a le temps de prendre le jeu en main (et le jeu de prendre le joueur par la main), d’établir ses points de repère et de comprendre les fondamentaux du jeu qui commence.

En une demi-heure, on a les bases du jeu : il y aura de la bagarre et de la grimpette. Le monde d’Uncharted est rempli d’ennemis armés jusqu’aux dents et de murs constitués de prises d’escalade. Pour survivre dans cet univers impitoya(aAAa)ble(uh), Nathan Drake a dû développer des compétences comme le tir avec différent type d’arme ou l’escalade pour gravir des buildings. Ce qui est intéressant à noter ici c’est que ces deux compétences déterminent la façon dont le monde d’Uncharted est construit et par extension la façon dont Nathan Drake et nous-mêmes en tant que joueur avons de regarder et d’analyser ce monde.

Pour toutes les phases de combat, les armes utilisables reluisent et les ennemis ont un code couleur subtil qui nous permet de les repérer plus facilement, tandis que pour les phases d’escalade, le level design a été construit de façon à contraster les éléments grimpables du simple décor. Toutes ces corniches ont des couleurs plus vives ou ressortent d’une façon ou d’une autre.

Rebord un peu plus blanc, tuyaux en jaune, ça reste subtil et ça s’intègre parfaitement dans le décor.

Where is Nathan ?

Vous avez peut-être déjà fait l’expérience, mais tant que vous n’aviez pas appris l’anglais, cette langue ne ressemblait à rien et vous n’aviez aucun moyen de discerner un mot d’un autre et de comprendre le sens des phrases. C’est à force d’entraîner votre oreille, d’apprendre du vocabulaire et de la grammaire que vous avez pu démêler ce charabia.

Pour Nathan Drake, ça a été la même chose : avant de pouvoir se mouvoir librement dans son monde, il a dû s’entraîner et développer ses compétences. Et pour nous, joueurs, c’est en jouant que nous avons appris à repérer les parois qui contrastaient avec l’environnement et ensuite développer une fluidité et une aisance dans le jeu. Au début de notre aventure, nous n’avions vu que de simples façades, mais à force d’exercer notre regard, notre œil aguerri a pu réinterpréter ce qu’il voyait pour y voir également des éléments pouvant servir à se frayer un chemin et avancer.

D’un coup d’œil, on voit le chemin à parcourir, ce qui permet une fluidité dans l’action.

Ce filtre, installé petit à petit lors du développement de nos compétences, nous permet de voir le monde qui nous entoure d’une autre manière. En acquérant et en entretenant ces compétences, on développe un regard plus attentif à certains éléments qui y sont liés. Ce regard nouveau nous donne un pouvoir d’analyse plus important sur le monde, nous offrant des prises sur lesquelles nous raccrocher pour évoluer. On voit et on interprète l’environnement qui nous entoure à travers ces compétences et c’est ce qui nous permet de nous connecter à une vision particulière des choses, de survivre et de voir des opportunités jusqu’alors invisibles.

De la même manière que le fait d’apprendre une langue nous rend plus sensibles à ce qui s’y rapporte et nous permet de décrypter d’une manière précise ce qui nous entoure, toutes autres compétences travaillées développent en nous ce pouvoir de voir surgir ce qui nous aidera à évoluer. D’où l’intérêt de rester dans une optique de constant apprentissage pour nous forger une vision beaucoup plus profonde du monde qui nous entoure, et, soulevant le voile de la superficialité, de voir la structure de notre environnement, les règles qui régissent le monde et les solutions à nos problèmes.

Cet effet de surbrillance (ici sur la porte) a été le déclencheur d’une polémique à l’époque de la sortie de Deus Ex Human Revolution, pourtant ceci illustre bien ma pensé (notre regard est attiré par ce qui peut nous servir), même si les devs auraient puis y aller plus subtilement…

Au vu de l’essentiel, le principal est secondaire

Développer des compétences, c’est important, mais on observe également que Nathan Drake ne se disperse pas, mais se contente de savoir tirer et d’escalader. Ces deux atouts sont l’essentiel de ce qu’il a besoin pour atteindre son rêve, laissant même à ses partenaires certaines tâches pendant qu’il se concentre sur ce qu’il sait faire de mieux (les phases en voitures dans les premiers opus en sont un bon exemple).

Ce que je veux faire remarquer par ce dernier point, c’est que nos compétences doivent être au service de nos objectifs (et nos objectifs au service de notre rêve). Apprendre pour apprendre est inutile, car ce qui ne nous sert pas, le cerveau ne le retient pas. Tout comme Drake, il faut savoir rester concentré sur les compétences les plus essentielles pour développer cet œil perçant.

On remarque alors que l’on construit toute notre vie autour de notre rêve. Celui-ci nous pousse en avant et nous demande de développer des « outils » pour y accéder. Et ces outils sont développés avec la motivation qu’ils nous offrent un pouvoir et des compétences utiles dans notre quête personnelle.

Restez connecté à striptease-ludique.com via la page facebook et twitter pour ne manquer aucun article.

PS il parait que partager rend heureux, n’hésitez donc pas à diffuser cet article sur vos réseaux sociaux ! 😉

<<Nathan Drake et l’obsession d’une vie                                                  Aller plus loin avec Uncharted >>

Suivez le blog et partagez les articles:

3 Comments

Laisser un commentaire